Le recadrage des émotions

le recadrage des emotionsUne chose qui est certaine à l’heure actuelle, pour être capable de tenir dans la plupart des emplois, les personnes doivent apprendre à gérer un minimum leurs émotions.

Nous le savons, la plupart des personnes ont un état de stimulation de leurs émotions, supérieur à celui idéal pour atteindre un bon niveau de performance.

Une légère sur-stimulation du niveau de stress suffit à ralentir une tâche simple ou à faire manquer des intuitions importantes.

Alors comment faire ?

Il nous paraît prioritaire aujourd’hui d’apprendre à connaître le mode de fonctionnement de notre cerveau afin d’y voir plus clair et de ne pas tomber dans un état de panique inhibant.

Une des méthodes que nous recommandons dans notre approche est : le Recadrage.

Face à une situation que nous évaluons complexe, nous avons plusieurs moyens d’agir. Nous pouvons fuir, accuser les autres, exprimer nos émotions difficiles ou pratiquer le recadrage.

Ça consiste en quoi : Forcer son cerveau à voir la situation autrement ! En quoi cette situation peut nous apporter quelque chose ou, en tout cas, comment nous allons pouvoir la vivre positivement ?

Les études le montrent bien, recadrer les émotions est bien plus positif que de les supprimer !!!

Attention messieurs, les études montrent également que vous avez une fâcheuse tendance à les supprimer ce qui ne mène pas vers la performance…

Alors oui, il faut bien être conscient que pratiquer le recadrage demande une certaine flexibilité cognitive. Nous allons travailler notre capacité à voir les choses sous un angle différent, ce que savent très bien faire les créatifs. Pour les personnes techniques, les choses sont moins évidentes et demanderont plus d’effort.

Les neurologues sont clairs, tout ce que le cerveau sait, il le puise de l’intérieur ; il voit le monde avec sa propre interprétation. Donc nous avons le choix car c’est bien de NOTRE cerveau dont il s’agit !

Pourquoi est-ce parfois si difficile de se recadrer ? :

  • Cette technique est coûteuse sur le plan métabolique. Cela demande beaucoup d’énergie. Il faut, dans un premier temps, inhiber sa manière de penser actuelle ; cela demande de la ressource et nous pouvons en manquer en période de doute.
  • Ensuite il faut être créatif et être en mesure de se projeter dans des options futures encore inconnues…dès lors, il va être plus facile de recarder ses pensées quand nous sommes en forme.

Pour faire appel à cet outil quand nous en avons besoin et non seulement quand nous en éprouvons la possibilité, il y a deux options principales :

  • Pratiquez !!! plus on s’exerce, moins cela demande des efforts. Tous ces phénomènes sont physiologiques. Il va donc être intéressant de regarder ces moments de forte tension et de les sentir arriver, la prochaine fois, afin de les anticiper en les requalifiant… les optimistes sont peut-être des personnes qui ont intégrés le recadrage dans leur évaluation des évènements à force de vivre des coups durs.
  • Entourez-vous!!! les coachs ou autres personnes extérieures qualifiées peuvent vous aider, par leurs techniques, à appréhender les choses différemment. L’autre amène son cerveau dans l’équation ce qui peut nous augmenter !
  • Jouez de l’humour !!! Prendre de la hauteur sur les choses en utilisant ce merveilleux outil qu’est l’humour peut d’avérer très intéressant, encore faut-il savoir le manipuler.

Qu’est-ce qui fait que la méthode de Mult’id FORMATION fonctionne pour améliorer son management ?

C’est indéniable ! Le monde du travail n’a plus le même visage et nous allons vers une intensification du phénomène. Les salariés jouent à saute-mouton avec les emplois et les entreprises.

Vous le savez, les clients n’ont que l’embarras du choix avec de nouvelles typologies d’entreprises  qui ont pour objectif de leur procurer le plus de services possibles et toujours plus de plaisirs !

Malgré tout, l’ambition des entreprises est claire ! il s’agit de maintenir la fidélisation de leur clientèle ; oui mais pas uniquement, il va falloir également fidéliser les collaborateurs les plus productifs.

Comment réaliser ce challenge? Comment font ces entreprises qui réussissent ce pari ?

La clé qui permet aux meilleures entreprises de conserver et de développer leur clientèle est d’ordre émotionnel. Et oui !!! on retourne aux fondamentaux qui constituent l’être humain.

Lorsqu’un contact est établi au niveau émotionnel, le client revient parce qu’il a ressenti quelque chose. Dans ce cas on ne qualifiera pas ce client de « client fidèle » mais de « client émotionnellement mobilisé ». Et cela change TOUT !

Et au niveau des collaborateurs, que se passe-t-il?
Ces entreprises exemplaires vont créer un environnement professionnel de qualité dans lequel leurs meilleurs salariés peuvent faire quotidiennement ce qu’ils font le mieux. Ces collaborateurs sont en harmonie avec leur rôle et ils répondront au mieux aux clients. Ce sont des « salariés émotionnellement mobilisés ».

Et là, bien évidemment, il y a plusieurs facteurs de succès:

Mobiliser la stratégie de l’entreprise autour du thème des Talents de chacun.
Former les collaborateurs à ce nouveau paradigme et leur donner l’autorisation de s’exprimer là où ils sont les plus doués.
Mettre en place des plans d’action concrets et personnalisés qui seront suivis par les managers de proximité.

Alors à nous de jouer en collaboration pour le meilleur !

 Nos Prochaines sessions : 

  • ​​​Management d'équipe :  les 20 et 21 septembre - 18 octobre 2018

              voir le programme de formation

  • Management des Talents : les 4 et 5 octobre 2018

​              voir le programme de formation

Le salarié de demain !

salarie de demain

Il nous est très difficile aujourd’hui de prévoir quels seront les métiers dont nous aurons besoin dans nos entreprises de demain.

Malgré tout, les experts s’accordent sur certaines compétences transversales clés dont il sera impossible de se passer dans l’entreprise du futur…

Dans cet univers qui se dématérialise certains talents vont être nécessaires :

  • Une forte agilité mentale : il va être de plus en plus nécessaire d’être multi tâches. Il faudra être capable de maîtriser plusieurs sujets à la fois et de pouvoir passer de l’un à l’autre rapidement.
  • Une intelligence relationnelle aiguë : ce sera la règle demain! « Il faudra savoir travailler en permanence avec d’autres services de l’entreprise afin de faire jouer la complémentarité entre les différentes expertises » explique Thierry Picq, professeur en management et ressources humaines à l’EM de Lyon.
  • Une bonne gestion de son image sur les réseaux : il va être indispensable de connaître les différents canaux pour être actif sur les réseaux… Celui qui travaillera son image ou « Personal Branding » aura un véritable avantage.
  • Une capacité à sortir du cadre : Dans ce monde de l’innovation, de plus en plus rapide, la capacité à se remettre en cause, à travailler le « Feed-Back » sera un véritable avantage concurrentiel…
  • Une capacité à gérer un nombre croissant de données: Il faudra avoir un objectif précis pour apprendre à centrer ses recherches et sélectionner les vraies bonnes informations.
  • Une vision multi-culturelle : il devra apprendre à travailler dans des équipes de différents horizons.
  • Une capacité à « apprendre à apprendre » : il faudra passer par un apprentissage permanent!

Alors, que vous soyez salarié, recherche d’opportunité ou chef d’entreprise…à vous de jouer!

N’hésitez plus à devenir le salarié ou chef d’entreprise de demain.

Harcèlement moral : l’employeur peut s’exonérer de sa responsabilité ?

harcelement moral
 
Dans une décision du 1er juin 2016, la Cour de cassation vient de modifier sa jurisprudence sur la responsabilité de l’employeur en cas de harcèlement moral.
 
L’employeur, on le sait, est tenu d’une obligation de sécurité dite « de résultat » en matière de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs, notamment en matière de harcèlement moral, et doit prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés.
 
L’absence de faute de l’employeur ne peut l’exonérer de sa responsabilité si un salarié avait été victime de harcèlement moral (Cass. soc. 29 juin 2006, n°05-43914).
 
Peu importe qu’il ait pris des mesures pour faire cesser les agissements (Cass. soc. 3 février 2010, n°08-44019).
 
Dans une décision récente, la Cour de cassation avait amorcé une évolution en décidant que l’employeur ne méconnaissait pas son obligation de sécurité de résultat dès lors qu’il justifiait avoir pris toutes les mesures de prévention et d’information prévues par les articles L4121-1 et L4121-2 du code du travail (Cass. soc. 25 novembre 2015, n°12-24444).
 
Dans sa décision du 1er juin 2016, la Cour de cassation applique sa jurisprudence de 2015 aux situations de harcèlement moral et modifie par conséquent sa jurisprudence antérieure. Elle considère désormais que l’employeur peut s’exonérer de sa responsabilité lorsqu’une situation de harcèlement moral se produit dans son entreprise, à deux conditions:
 
1°) avoir immédiatement pris les mesures propres à faire cesser la situation, dès qu’il en a été informé, circonstance nécessaire mais pas suffisante;
 
2°) justifier avoir pris toutes les mesures de prévention prévues par les articles L4121-1 et L4121-2 du code du travail, et notamment avoir préalablement mis en œuvre des actions d’information et de formation propres à prévenir la survenance de faits de harcèlement moral.
 
• Quels sont les faits qui sont à l’origine de cette décision ?
 
Un agent de qualité, employé dans une entreprise de fabrication de radiateurs tubulaires, avait saisi le Conseil de prud’hommes d’une action en résiliation judiciaire de son contrat de travail, estimant être victime de harcèlement moral de la part de son supérieur hiérarchique. En d’autres termes, il demandait aux juges de constater les fautes de l’employeur (manquement à son obligation de sécurité) et d’en tirer les conséquences en prononçant la rupture du contrat (résiliation) aux torts de l’employeur.
 
En défense, l’employeur exposait avoir pris les mesures suivantes:
 
• En ce qui concerne les mesures de prévention: il avait modifié son règlement intérieur pour y insérer une procédure d’alerte en matière de harcèlement moral;
 
• En ce qui concerne les mesures prises pour faire cesser la situation de harcèlement: dès qu’il avait eu connaissance du conflit personnel du salarié avec son supérieur hiérarchique, il avait mis en œuvre immédiatement une enquête interne sur la réalité des faits, une réunion de médiation avec le médecin du travail, le directeur des ressources humaines et trois membres du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail en prenant la décision au cours de cette réunion d’organiser une mission de médiation pendant trois mois entre les deux salariés en cause confiée au directeur des ressources humaines.
 
La Cour d’appel de Douai avait considéré que les actions prises par l’employeur étaient de nature à l’exonérer de toute responsabilité en matière de harcèlement moral :
 
A défaut, et même s’il a immédiatement réagi lorsque les faits lui ont été révélés, l’employeur ne peut pas s’exonérer de sa responsabilité.
 
« S’agissant des dispositifs de prévention du harcèlement moral que tout employeur doit mettre en œuvre dans son entreprise, il convient de souligner que de par la nature même des faits de harcèlement moral qu’il s’agit de prévenir, un tel dispositif ne peut avoir principalement pour objet que de faciliter pour les salariés s’estimant victimes de tels faits la possibilité d’en alerter directement leur employeur ou par l’intermédiaire de représentants qualifiés du personnel ».
 
• La Cour de cassation n’est pas de cet avis.
 
Elle rappelle tout d’abord, dans un attendu de principe, que « ne méconnaît pas l’obligation légale lui imposant de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs, notamment en matière de harcèlement moral, l’employeur qui justifie avoir pris toutes les mesures de prévention prévues par les articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du code du travail et qui, informé de l’existence de faits susceptibles de constituer un harcèlement moral, a pris les mesures immédiates propres à le faire cesser » .
 
Elle constate ensuite que l’employeur n’avait pas pris toutes les mesures de prévention visées aux articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du code du travail et, notamment, il n’avait pas mis en œuvre des actions d’information et de formation propres à prévenir la survenance de faits de harcèlement moral.
 
L’arrêt de la Cour de cassation est très clair : l’employeur  doit  avoir mis en place des actions d’information et de formation pour prévenir la survenance de faits de harcèlement.
 
A défaut, et même s’il a immédiatement réagi lorsque les faits lui ont été révélés, l’employeur ne peut pas s’exonérer de sa responsabilité.
 
« S’agissant des dispositifs de prévention du harcèlement moral que tout employeur doit mettre en œuvre dans son entreprise, il convient de souligner que de par la nature même des faits de harcèlement moral qu’il s’agit de prévenir, un tel dispositif ne peut avoir principalement pour objet que de faciliter pour les salariés s’estimant victimes de tels faits la possibilité d’en alerter directement leur employeur ou par l’intermédiaire de représentants qualifiés du personnel ».
 
Ces deux conditions (prévention et action) sont cumulatives
 

Ce qu’il faut retenir :

Rendue en matière de harcèlement moral, cette décision peut, à notre sens, être étendue à tous faits en rapport avec la sécurité et l’intégrité physique et mentale des travailleur, tels que: harcèlement sexuel, violences physiques entre salariés …
 
Les employeurs, tenus à une obligation de sécurité « de résultat »à l’égard des salariés, doivent tirer les conclusions qui s’imposent, suite à cette décision.
 
L’employeur doit par conséquent:
 
– prévenir : en organisant des actions de prévention, d’information, et des formations adaptées avant que de tels faits ne surviennent;
 
– agir : en prenant immédiatement des mesures lorsque des faits de harcèlement ou de violence sont dénoncés, par exemple: effectuer une enquête interne pour prendre connaissance de la réalité des faits, consulter le médecin du travail, organiser une médiation entre les deux salariés en cause en faisant appel à un médiateur (voir l’article publié sur le Blog pratique du droit du travail), et si les faits le justifient, en procédant au licenciement du harceleur.
 
A défaut, l’employeur ne pourra pas s’exonérer de sa responsabilité et sera condamné à indemniser le salarié victime.
 
Article rédigé par Maître LAILLER.

Burn out... oui oui ! Pensez-y

stress burn out

On y pense tous les ans! Et si cette année c’était vraiment efficace?
Ne pas repartir sur le même rythme contre-productif, ne pas s’épuiser sans cesse à la tâche. Combien d’entre nous se considèrent touchés par des difficultés d’épuisement aussi appelé burn out?

L’image du travail s’est considérablement dégradée en France en quelques années. Les français sont parmi les travailleurs les plus productifs au monde. Pour autant on nous renvoie sans cesse l’idée qu’il faut encore plus travailler, encore plus produire, que ce n’est jamais assez.

Au fait, comment s’installe le burn-out ?

Quand la notion de plaisir laisse la place à la contrainte. Nous avalons les missions les une après les autres sans prendre le temps de les mâcher. Il ne faut pas, dès lors, être surpris d’avoir du mal à digérer l’information…

Nous enchaînons les dossiers sans prendre le temps d’apprécier les réussites ou d’en comprendre les refus. Nous n’avons plus forcement le temps d’analyser les choses, de prendre le recul nécessaire.

Que vous soyez manager, directeur, collaborateur, indépendant …vous pouvez vous sentir concernés.

Entre nous:

Est-ce que vous savez fixer les priorités des priorités ?

Et Savez-vous que les tâches prioritaires sont celles qui sont importantes mais non urgentes ?

NON !? Nous pouvons vous aider à identifier VOS valeurs de temps et vous accompagner sur des sessions en récupération d’énergie.

Tout cela pour apprendre à gagner en efficacité pour enfin vivre qui nous sommes.

Gérer mon Temps, ok… mais comment ?

stress anxiete


Notre temps est précieux, il file sans nous attendre, trois mille six cents fois par heure les aiguilles de notre montre poursuivent leur rotation sans que rien ni personne ne puisse les retenir… L’homme cherche en vain à optimiser son occupation du temps, pour ne pas le gâcher, pour ne pas subir… Tout s’accélère, les sollicitations foisonnent, les urgences s’enchaînent… et c’est d’autant plus vrai aujourd’hui dans le monde actif, dans ce monde où tout doit aller vite, plus loin, un monde dans lequel chacun tente de faire au mieux… jusqu’à la cassure, le ras-le-bol… et parfois le fameux burn-out… L’estime de soi en prend un sérieux coup !
Timing serré et stress élevé… En voulant rester au top, vous êtes (trop) dur avec vous-même.

Sans parler de notre cerveau, qui n’est pas fait pour emmagasiner un grand nombre d’informations. Il est impossible de tout retenir tout ce que l’on doit faire : tâches journalières, projets en cours, informations à conserver, informations à gérer et autres informations à donner…Alors comment continuer à être compétent dans de telles circonstances ?
Evidemment, les nouvelles technologies n’aident pas. Ou plutôt, si, elles aident à exécuter de nombreuses actions simultanément… incitant de la sorte à les multiplier au sein de la même tranche horaire.
Trouver son rythme n’est plus seulement une préoccupation de cadres actifs soucieux de performance. Dans un monde ultraconnecté qui chamboule et sature nos agendas, au-delà du travail, c’est devenu une question de survie pour chacun d’entre nous.

Tic-Tac, Tic-Tac, stop au gaspillage de temps !
Reprenez le contrôle de vos journées de travail !

Management TPE-PME

Blog TPE PME

Les TPE PME représentent une large part de notre économie.

De par leur dimension, des points de vigilance sont nécessaires afin d’assurer la production du quotidien et de veiller à maintenir le savoir-faire. Le management dans les TPE PME est important.

Voici quelques conseils afin de gagner en efficacité et en plaisir dans son cœur de métier:

Rester vigilant sur le cœur de métier

Une des forces de ces entreprises est de pouvoir répondre rapidement aux préoccupations des clients. La chaine de décision est courte et permet une mise en vie rapide des projets. Le dirigeant a généralement une approche réactive, concrète et opérationnelle. Tous les imprévus sont gérés à chaud avec une large part laissée à l’instinct et l’intuition.

Cette manière d’interagir avec l’environnement est une force et elle doit continuer à exister. Malgré tout, il va être important de ne pas rester dans une culture orale. Il est nécessaire de profiter de l’expérience pour ne pas reproduire ou gagner du temps lors des prochaines situations identiques.

Le Mind Mapping peut être un outil d’efficacité non négligeable dans ces structures. L’idée est de cartographier simplement et concrètement chaque cas de figure avec les solutions apportées pour passer à l’action de manière optimale. Le chef d’entreprise compte souvent sur la débrouillardise individuelle de ses collaborateurs. Bravo! A lui de l’optimiser à présent grâce à des outils permettant de passer à une culture écrite, adaptée à la dimension de la structure.

Définir un cadre précis

Un outil souvent minimisé par les chefs d’entreprise: la stratégie de l’entreprise pour l’année à venir.

Nous le constatons régulièrement lors des sessions de formation en management. Les collaborateurs ont besoin d’être orientés, pilotés, rassurés par la mise en place d’un cadre précis. Les prétextes pour s’éparpiller sont nombreux lorsque l’on cherche à s’adapter à un marché dynamique.

Mais les équipes ont besoin d’une orientation claire. La définition d’un cadre précis et de règles du jeu permettent à chacun de gagner en efficacité. Ce point est un véritable outil de management. Il est nécessaire de rappeler par exemple quelle est notre politique clientèle face à telle ou telle demande…

Travailler sa compétence en communication

Le dirigeant est souvent pris au piège par l’aspect opérationnel. Il fonce, il conquière et dans tout cela, il peut en oublier l’entourage qu’il soit au professionnel ou personnel.

Une prise en compte de cet aspect est primordiale dans sa volonté de réussir. Il est impératif de considérer la communication au sein des équipes et d’être le porteur de cette énergie.

Pour ce faire, il sera important de privilégier la relation avec chacun de ses collaborateurs. Il est vital pour l’entreprise que les managers connaissent bien les individus qui la composent, leurs moyens d’expression, leurs aspirations, leurs limites, leurs croyances….et pour cela, quoi de mieux que de les écouter!

Prendre du temps pour poser la stratégie

En sa qualité de pilote, le dirigeant de la TPE/PME doit s’imposer du temps pour sa réflexion stratégique. Il ne peut pas être continuellement dans la position du super technicien. Il doit impérativement travailler sa posture de stratège pour donner à son organisation les axes de développement.

Le dirigeant doit intégrer qu’il lui faut ce temps managérial et pour se faire il doit apprendre à déléguer au quotidien. Le marché évolue très vite, l’adaptation est devenue une qualité indispensable pour survivre. Il faut réfléchir sans cesse à nos éléments différenciants. Qu’est-ce qui fait que mon entreprise a sa place sur le marché? Pourquoi nous choisir nous?

Pour répondre à ces questions, prendre du recul est nécessaire ? Le dirigeant doit accepter de se poser et de se discipliner pour gérer son temps d’action différemment et peut-être plus efficacement. Osons même parler de délégation…

Travailler son management

Travailler pour une PME/TPE est très exaltant. L’environnement est créatif, rapide. Les collaborateurs sont souvent plus autonomes que la moyenne, proches de la direction avec de réelles prises de décisions.

Mais pour que ces éléments soient vécus comme une chance, les collaborateurs doivent comprendre le sens de ce qu’ils mettent en place. Ils doivent avoir le sentiment de participer à une véritable « œuvre ». Le chef d’orchestre doit donc partager sa vision globale. Pourquoi a-t-il refusé de se positionner sur tel appel d’offre? Pourquoi décider d’accentuer un marché?…

Etre dirigeant d’une PME ou TPE offre une grande liberté mais également une grande responsabilité. Il va être nécessaire d’accepter la contrepartie de ce challenge: être exemplaire, avoir conscience de l’impact de son comportement, être celui qui s’adapte aux collaborateurs et non l’inverse, partager sa vision des choses et accepter d’être un pédagogue pour l’équipe.

Belle mission! Bon courage à tous!

35 Espace Jean Mantelet – 14123 Cormelles-Le-Royal
  • 09 83 00 53 77
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Parlez-en autour de vous !
Mentions légales - Politique sur les cookies